Category: Battery

Seres to launch new model with semi-solid-state battery this year

The Seres 5 will be powered by a ternary solid-liquid hybrid lithium battery from Ganfeng Lithium, with a 90-kWh version expected to offer a 530 km WLTP range.

The post Seres to launch new model with semi-solid-state battery this year appeared first on CnEVPost.

For more articles, please visit CnEVPost.

Deux minutes : le temps pour recharger une voiture électrique avec cette station nouvelle génération de Nio

Nio dévoile la troisième génération de ses stations d'échange de batterie. Au programme, une capacité accrue, un temps réduit et des manœuvres facilitées grâce à l'ajout d'un capteur LiDAR. Les stations d’échange de batteries développées par Nio sont un sujet récurrent dans nos colonnes. Pour rappel, c’est une solution de recharge innovante qui permet de […]

Deux minutes : le temps pour recharger une voiture électrique avec cette station nouvelle génération de Nio

Nio dévoile la troisième génération de ses stations d'échange de batterie. Au programme, une capacité accrue, un temps réduit et des manœuvres facilitées grâce à l'ajout d'un capteur LiDAR. Les stations d’échange de batteries développées par Nio sont un sujet récurrent dans nos colonnes. Pour rappel, c’est une solution de recharge innovante qui permet de […]

Maroc : le premier véhicule 100% électrique pose un nouveau jalon

Ce n'est un secret pour personne que le développement économique et industriel du Maroc progresse à pas de géant. La ratification du succès de la voiture Neo - la première voiture 100% électrique fabriquée au Maroc - est la dernière confirmation du développement du pays d'Afrique du Nord. Selon le ministre Ryad Mezzour, le nouveau véhicule marocain sera disponible sur le marché local dans les prochaines semaines à un prix moyen de 16 200 dollars. Après être devenue le plus grand exportateur de voitures particulières vers l'Europe, l'industrie automobile marocaine cherche maintenant à accroître sa part du marché intérieur.  S'exprimant sur le secteur automobile marocain, le fonctionnaire a souligné que le pays devait être fier de ses réalisations en matière de construction automobile. Le véhicule fabriqué au Maroc marquera une nouvelle étape puisqu'il portera un nom marocain, a ajouté Mezzour, notant que son ministère collabore avec des investisseurs marocains pour augmenter le "taux d'intégration afin que les pièces soient aussi principalement marocaines". Le chef du gouvernement a également souligné la contribution des cadres marocains à la progression du secteur de la voiture électrique à l'usine de Kenitra. Le royaume alaouite vise à devenir la plateforme industrielle automobile la plus compétitive. PHOTO/ARCHIVO - Ryad Mezzour, ministre de l'Industrie du Maroc "Pour le moment, il sera destiné au marché local, mais nous sommes confiants et nous allons soutenir et faire de notre mieux pour donner à cet opérateur une dimension internationale", a déclaré le ministre. Mezzour a également souligné les défis auxquels est confronté le secteur automobile marocain, notamment la difficulté d'attirer un troisième constructeur au Maroc en raison de la situation mondiale actuelle. "Le marché européen est le principal marché auquel nous vendons nos véhicules. Ce marché, ainsi que le marché mondial de l'automobile, est en déclin", a-t-il déclaré. "Quelle que soit la position concurrentielle du Maroc, le marché en déclin rend difficile l'attraction d'un troisième fabricant", a fait valoir Mezzour.  Dans une déclaration à la Chambre des représentants, Mezzour a souligné les atouts du Maroc dans le domaine de l'automobile et a indiqué que le royaume alaouite accueillera 10 000 ingénieurs concepteurs de voitures travaillant pour des marques haut de gamme d'Allemagne, du Royaume-Uni, de France et des États-Unis. "L'industrie automobile florissante du Maroc reflète une solide base de main-d'œuvre qualifiée", a-t-il souligné. Il a terminé son discours en affirmant que le pays est "absolument capable" de fabriquer des voitures grâce à : des usines comme celle de Kenitra, un personnel spécialisé et les investissements réalisés dans le secteur entre les injections de fonds et les subventions aux entreprises du secteur. REUTERS/JEAN BIZIMANA  -   L'industrie automobile est le deuxième secteur le plus important du Maroc Le Maroc est à la pointe de la recharge ultra-rapide des batteries de voitures électriques grâce à la contribution du chercheur Rachid Yazami. L'inventeur marocain était présent au Digital Energy Smart Battery Forum qui s'est tenu à Casablanca et a fait une présentation sur le développement intelligent prévu pour ce type de recharge de véhicules électriques. Les percées de Rachid Yazami sont à la base d'évolutions décisives dans divers secteurs tels que l'industrie automobile. Lors de cet événement, les avancées de l'inventeur marocain ont été confrontées à celles d'autres représentants de différents secteurs productifs, dont les énergies renouvelables.   Le Maroc a pour objectif de devenir l'un des pays les plus durables et les plus respectueux de l'environnement en matière de changement climatique. L'industrie automobile marocaine prévoit d'atteindre une capacité de production annuelle d'environ un million de voitures électriques dans les années à venir. Pour ce faire, il devra sécuriser l'approvisionnement en batteries, ce qui est essentiel pour ce type de véhicule. À cette fin, le ministère de l'Industrie et du Commerce a annoncé en juillet dernier qu'il négociait avec les fabricants de batteries pour construire une usine avant la fin de 2022.

2023, l’année des Belges en MX2 ?

Quatre pilotes belges au guidon de quatre des machines les plus convoitées du paddock seront la saison prochaine alignés derrière la grille de départ du championnat du monde MX2. Et c’est historique ! Souvent sur-représentée […]